Intégration des salariés, un enjeu stratégique pour l’entreprise

16 septembre 2015 - 8 minutes

Intégration des salariés : un enjeu stratégique pour l’entreprise

 Intégration des salariés

La rentrée rime souvent avec nouveau départ et intégration de nouveaux salariés dans l’entreprise. Une fois le processus de recrutement finalisé avec succès, les entreprises doivent être attentives et favoriser une bonne intégration des nouveaux collaborateurs.

Quels enjeux représente l’intégration pour l’entreprise et les salariés ? Comment la réussir ?

 

Un enjeu stratégique pour l’entreprise

L’intégration des salariés renvoie au concept de socialisation organisationnelle. En d’autres termes, il s’agit pour le salarié de comprendre les aspects techniques de son poste mais aussi de s’intégrer à l’environnement culturel et social de l’entreprise.

Les entreprises ont tendance à associer la période d’essai avec la période d’intégration. Or, la période d’essai dure la plupart du temps de 2 à 3 mois alors que les RH et managers estiment que la période d’intégration serait davantage proche de 8 mois. L’intégration est une longue phase qui a pour but l’accompagnement du salarié vers l’autonomie et l’atteinte effective de ses objectifs individuels.

L’intégration est un enjeu économique. En effet,  accompagner le salarié dans sa nouvelle fonction a pour but de le rendre opérationnel le plus rapidement possible. Le délai d’apprentissage doit être rapide pour que l’entreprise ne perde pas en productivité pendant cette phase. De plus, l’arrivée d’un nouveau collaborateur permet à l’équipe en place de se décharger d’une charge de travail supplémentaire effectuée en attente d’un remplaçant. Ainsi, l’équipe devient plus productive et moins stressée par la charge de travail.  Enfin, l’intégration du salarié va jouer sur la fidélité de celui-ci. En cas d’échec, la rupture du contrat de travail pendant la période d’essai coûte très chers à l’entreprise, environ 100 à 150 K€ pour un cadre supérieur.

 

 Gage d’engagement pour les salariés

Plus un salarié sera intégré, plus il sera engagé dans l’entreprise. Cette période permet au salarié de trouver sa place dans l’entreprise et  de se familiariser avec son nouvel environnement. Cette étape est importante pour garantir le bien être du salarié dans son travail. En effet, son bien être dépendra de l’intégration sociale qu’il aura dans l’entreprise et de l’adaptation à son poste de travail. La mise en place d’une stratégie d’intégration a une incidence sur la collaboration entre l’entreprise et le nouveau salarié. En effet, une intégration réussie suscitera l’adhésion et la mobilisation du salarié.

 Cette intégration est d’autant plus importante quand il s’agit de la nouvelle génération. En effet, elle a un rapport au travail différent et l’enjeu pour l’entreprise est de réussir à fédérer une équipe intergénérationnelle.  Or, les outils d’intégration pour les jeunes sont souvent désuets et ne permettent pas des échanges intergénérationnels. Fidéliser la les salariés passe aussi par une intégration adaptée aux attentes des nouvelles générations.

 

Comment réussir l’intégration des salariés ?

Aucune obligation légale n’existe en matière d’intégration des salariés. Ainsi, chaque entreprise est libre de déployer son propre processus d’intégration des salariés.

Or selon le Figaro, un salarié sur deux interrogés a envisagé de quitter son entreprise pendant sa période d’essai. Certaines entreprises n’emploient pas forcément la bonne méthode.  Voici quelques conseils pour améliorer l’intégration des salariés :

Au préalable, il est important d’identifier ce qui pourrait représenter un frein à l’intégration des salariés. Ensuite, il faut préparer cette intégration en informant l’équipe d’une nouvelle arrivée, soigner l’accueil des salariés et accompagner son arrivée. Concrètement, quels outils utiliser ?

  • Prévoir un accueil individualisé par le N+1 : ce moment est plus ou moins long en fonction du poste, mais il permet d’établir un premier contact entre le salarié et son manager.
  • Créer un livret d’accueil : il permet de fournir une information complète sur l’entreprise. Il peut présenter le projet d’entreprise, l’organigramme, la fiche de poste du salarié, le règlement intérieur et les informations RH.
  • Proposer de faire un rapport d’étonnement : le jour de son arrivée, le nouveau salarié est invité à rédiger un « cahier » d’étonnement. Ce cahier met l’accent sur les points surprenants (en bien ou non) de la structure. Il permet de faire le point entre la vision qu’il avait de l’entreprise et celle qu’il découvre une fois recruté.
  • Mettre en place des programmes de mentoring ou de tutorat : parmi les collaborateurs plus anciens, certains se sentiront gratifiés de servir de mentor ou de référent au nouveau salarié.
  • Mettre en place un référentiel des compétences : il est illusoire de penser que le salarié sera opérationnel dès son arrivé. L’employeur et le salarié doivent donc réfléchir sur les leviers qui permettront aux salariés d’atteindre les compétences attendues.
  • Faire des points réguliers avec le salarié : le tuteur ou le manager doit s’assurer que le salarié a bien compris le contenu de son poste et qu’il pose toutes ses questions.

 

Pour conclure, l’intégration des salariés conditionne la réussite du salarié dans l’entreprise. C’est pourquoi, de nombreuses grandes entreprises comme l’Oréal mettent en avant leur processus d’intégration pour attirer les meilleurs profils.

 

Cet article vous a plu ? Découvrez aussi :

Recrutement, Rien de Nouveau – RH Info

L’intégration des salariés : une étape à ne pas sous estimer – SIA Partners

 

Tags: ,